Aller au contenu Aller bloc Plan du site
Cœur de Berre

Abeilles et ruchers

Faites vos déclarations du 1er septembre jusqu’au 31 décembre.

Tout apiculteur, particulier ou professionnel, est tenu de réaliser chaque année une déclaration de ruches entre le 1er sept et le 31 déc.

Pourquoi déclarer ?

Cette déclaration

  • concourt à une meilleure connaissance du cheptel français
  • participe à la gestion sanitaire du cheptel apicole français, notamment face à la menace que représente le parasite Aethina tumida.
  • permet également d’obtenir des aides européennes dans le cadre du Plan apicole européen qui soutient la réalisation d’actions en faveur de la filière apicole française.

Pour qui ?

La déclaration est obligatoire dès la première colonie détenue, pour :

  • les particuliers, les groupements, les associations, les entreprises
  • les propriétaires ou détenteurs de ruche,
  • à des fins de loisir ou à des fins professionnelles,
  • pour la production de miel, d’essaims, de reines et d’autres produits de la ruche.

Quand ?

Tous les apiculteurs doivent réaliser la déclaration annuelle obligatoire des ruches durant la période légale annuelle : du 1er septembre au le 31 décembre.

Comment ?

La démarche en ligne est à privilégier, elle permet l’obtention d’un récépissé de façon immédiate.

En cas de difficulté ou pour une demande particulière, vous pouvez envoyer un message sur la boîte dédiée à l’assistance à cette démarche :

Déclaration des ruches {JPEG}

Cas particulier

Déclaration hors période légale
Afin d’effectuer les démarches suivantes, des déclarations peuvent être effectuées hors période légale. Il sera toutefois nécessaire de renouveler la déclaration en période obligatoire (du 1er septembre au 31 décembre).

  • Obtention d’un numéro d’apiculteur
    Pour les nouveaux apiculteurs qui sont tenus de réaliser une déclaration de ruches dès l’installation de la première colonie pour obtenir ce numéro.
  • Obtention d’un récépissé de déclaration actualisé

Pour continuer

Moustiques

Les campagnes de démoustication et les bons gestes

Une campagne de lutte contre les moustiques est engagée chaque année afin d’enrayer cette prolifération, et ceci dans le respect de l’environnement.

Depuis le début de l’année 2018, 5 traitements (de mars à juin) ont déjà été effectués sur le secteur des Salins et Marais de Berre.

À quoi servent ces campagnes ?

Ces actions sont entreprises par l’EID agissant dans le cadre d’un arrêté préfectoral, consultable au service Urbanisme et Développement. Cet organisme contrôle la nuisance des moustiques, l’éradication étant malheureusement impossible :

  • surveillance par les agents des mises en eau
  • traitements ciblés par bio insecticide agissant sur les larves de moustiques par ingestion à chaque mise en eau et tout au long de l’année

Quelques précautions à prendre ?

La plupart des gîtes potentiels des moustiques se trouvent en milieu urbain et notamment dans les espaces privés pour lesquels les modes opératoires classiques ne sont pas suffisants.
C’est pourquoi l’EID recommande aux particuliers de supprimer autant que possible les eaux stagnantes (jardinières, soucoupes, bassins, gouttières…).

Un petit guide pratique vous fournira quelques conseils afin de lutter contre ces nuisances sans avoir recours aux produits chimiques.

Pour plus d’infos

Frelons asiatiques

Avoir les bons réflexes

C’est un frelon invasif qui a été introduit accidentellement en Europe.
Depuis son premier signalement en 2004, il poursuit son extension sur le territoire français et une dizaine de signalements ont été effectués en 2015 sur les Bouches du Rhône.

Les dangers

Il entraîne des dégâts importants dans les ruches et les populations d’abeilles.
Il peut représenter aussi un danger pour les personnes à l’approche d’un nid du fait de risque de piqûres multiples et dangereuses.

Reconnaître le frelon asiatique

Le frelon asiatique à pattes jaunes, Vespa Velutina, est à dominante noire, avec une large bande orange sur l’abdomen et un liseré jaune sur le premier segment. Sa tête vue de face est orange, et les pattes sont jaunes aux extrémités. Il mesure entre 17 et 32 mm.

Télécharger la fiche d’identification

Signaler un nid

Nous vous recommandons d’être très attentifs à la présence de nids ou de frelons asiatiques. Vous pouvez en informer l’interlocuteur du Point Focal Départemental : M Pierre LANDRIN

  • par mail :
  • par courrier sous double enveloppe : 12 rue des Cigales - 13640 LA ROQUE D’ANTHERON

Le signalement peut être accompagné :

  • d’une photo du frelon
  • d’une photo du nid
  • éventuellement d’un spécimen mort pour diagnose
Attention : La destruction d’un nid ne doit en aucun cas être faîte par vos soins.
Afin de garantir votre sécurité et éviter un risque de propagation, nous vous demandons de faire appel à des opérateurs spécialisés, pompiers ou entreprises pour réaliser l’intervention.

Pour plus d’information

Chenilles processionnaires

Lutte contre la chenille processionnaire du pin

Traitement des pins toute la journée de mercredi 24 octobre sur la ville.

Comment la reconnaître ?

La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa.
Cet insecte est connu pour son mode de déplacement en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins mais aussi de cèdres, provoquant un affaiblissement important des arbres.
Les processionnaires du pin sont brunes avec des taches orangées. Recouvertes de poils, leur pouvoir urticant provient d’une fine poussière qui se détache de plaques situées sur le dos et la partie postérieure de la chenille.

Quels sont les risques ?

Elles sont recouvertes de poils qui, dispersés par le vent ou l’homme peuvent provoquer une irritation chez les personnes et les animaux.
Un contact direct avec les insectes n’est donc pas nécessaires.

Pour l’homme

Lorsque le poil se brise, dès le premier contact, la substance urticante et allergisante qu’il contient, la « thaumétopoéïne », se libère provoquant des démangeaisons très vives. Ces irritations se caractérisent par des érythèmes ou des éruptions prurigineuses accompagnées parfois d’atteintes oculaires ou pulmonaires voire des réactions allergiques plus graves telles que les œdèmes de Quincke ou les chocs anaphylactiques.

Pour les animaux

S’ils lèchent ou touchent les chenilles vivantes, mortes ou bien des restants de nids avec leur museau, ils peuvent souffrir de divers symptômes.
Dans un premier temps, après une forte douleur, ils bavent, la langue gonfle et présente des tuméfactions avec un durcissement assez inquiétant.
Une action rapide du vétérinaire est vitale car sans soins une nécrose peut occasionnellement se produire.

Comment lutter ?

Les actions à mettre en œuvre sont liées au cycle de l’insecte qui peut varier selon les régions et les conditions climatiques.
Il n’existe aucun moyen de se débarrasser définitivement des chenilles. Les traitements sont à refaire chaque année.
Attention : Consultez les professionnels agréés qui sauront vous proposer la solution la mieux adaptée à votre situation. Ils possèdent les équipements pour se protéger lors de la lutte mécanique et/ou pulvériser l’insecticide sur de grandes hauteurs.

La Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles des Bouches du Rhône (FDGDON) organise et assure les travaux d’échenillage sous la direction du Territoire du Pays Salonais de la Métropole Aix-Marseille-Provence.
Cette lutte s’effectue par voie aérienne au mois d’octobre. L’information est communiquée sur le www.berreletang.fr et par voie d’affichage en mairie.

La FDGDON a mis en place un serveur vocal public « ALLO CHENILLES » actualisé tous les jours : 04 42 17 57 49.
Ce serveur diffuse les plannings des traitements et l’information sur le produit utilisé.

Pour plus d’infos

Consultez les sites :



Accès rapide