Aller au contenu Aller bloc Plan du site Aller à la page Accessibilité

en partenariat avec l’association Cinémas du Sud.

18h30 - Conférence "L’adaptation Littéraire au cinéma"
la célèbre nouvelle de Stefan Sweig adaptée par Max Ophüls.

20h00 - Repas au restaurant

21h00 - Film "Lettre d’une inconnue" de Max Ophüls
USA – 1948 – 1h26 – V.O
Un célèbre pianiste vieillissant reçoit un jour une lettre d’une jeune femme inconnue de lui, Lisa Berndle. Celle-ci lui retrace l’amour qu’elle a éprouvé secrètement pour lui depuis son enfance. Elle évoque les rares étreintes que ce volage amant voulut bien lui accorder d’où d’ailleurs naquit un enfant, mort depuis du typhus. Elle a épousé un diplomate sans lui cacher que son cœur était ailleurs. C’est sur son lit de mort qu’elle rédige cette terrible missive. Le pianiste comprend alors pourquoi un diplomate viennois l’a provoqué en duel la veille

Dès l’entame du film, avec son atmosphère lugubre et pluvieuse, avec son personnage de séducteur usé et clairement en sursis, saisi en pleine lecture d’une lettre écrite par une femme probablement déjà décédée qui lui conte une histoire d’amour obsessionnelle et illusoire, avec la douce voix de Joan Fontaine qui surgit d’outre-tombe pour nous faire passer de l’ombre à la lumière tout au long de son récit déchirant, nous savons que Lettre d’une inconnue appartient au genre du mélodrame.
Un mélodrame d’une puissance dramatique peu commune certes, mais également une œuvre typique de son pays d’origine - les États-Unis - et de son époque - l’immédiate après-guerre.
Pourtant, une fois l’œuvre achevée, il nous apparaît tout aussi distinctement que "Lettre d’une inconnue" n’est pas un mélodrame comme les autres, qu’il offre une complexité inattendue du fait des personnages mis en scène, de la nature de leur relations, et surtout par le regard que porte le réalisateur sur ces derniers et par le basculement des points du vue féminin et masculin qui s’opère subtilement au sein du film. La recréation d’un univers ancien disparu, la mélancolie qui innerve profondément le film, l’importance de la musique, le mouvement perpétuel qui emporte les personnages dans une danse sans fin autre que la mort, l’impression d’un rêve éveillé qui subit les assauts d’une réalité normative, le passage du temps qui détermine la tragédie, le monde vu comme un théâtre dans lequel le destin d’une femme qui s’abîme dans ses emportements passionnels croise celui d’un homme-artiste épris de doutes qui ne réussira à se révéler à lui-même qu’une fois cerné par la mort...

Incontestablement nous sommes en présence d’un film de Max Ophüls.

Tarif formule Conférence + repas + film : 21 €
Renseignement et réservation au guichet
Ciné 89 04 42 74 00 27

jeudi 16 novembre à 18h30 : Conférence
jeudi 16 novembre à 20h00 : Repas
jeudi 16 novembre à 21h00 : Le film
Ciné 89

Accès rapide